728x90 AdSpace

  • Latest News

    Karl Marx au Jardin d'Essais d'El Hamma

    Karl Marx et sa fille Jenny



    Hier à une heure de l’après-midi nous sommes descendus à Mustapha inférieur d’où le tramway nous a amenés au Jardin Hamma ou Jardin d’essai qui sert de promenade publique, avec à l’occasion des concerts de musique militaire, et qui est utilisé comme pépinière, pour faire pousser et propager des végétaux indigènes, enfin pour des expériences botaniques scientifiques et comme jardin d’acclimatation.  Le tout occupe un très vaste terrain, dont une partie est accidentée, tandis que l’autre est en plaine.  Pour observer tout en détail, il faudrait au moins un jour entier et le faire en outre avec un connaisseur.

    Je me permets de noter que c’est précisément à ce Hamma qu’eut lieu, le 23 octobre 1541, le débarquement de 24 000 soldats sous les ordres de l’empereur Charles Quint (ou Carlos Ier, comme l’appellent les Espagnols); huit jours plus tard, il dut rembarquer les beaux restes de son armée détruite, sur les vaisseaux échappés à la tempête du 26 et ralliés à grand-peine par Doria à Matifou…

    Avant de pénétrer dans le Jardin d’essai, nous bûmes du café, en plein air naturellement, dans un café maure.  Le Maure en prépare d’excellent, nous étions assis sur des tabourets.  Sur une table de bois brut, une douzaine de clients maures, le buste penché en avant, les jambes croisées, savouraient leurs petites cafetières (chacun a la sienne) tout en jouant aux cartes (une victoire que la civilisation a remportée sur eux) [de la part de Marx?!, ndlr].

    Le spectacle était très impressionnant: certains de ces Maures étaient habillés avec recherche et même richement, d’autres portaient ce que j’oserais appeler des blouses, qui étaient autrefois de laine blanche, à présent en lambeaux et en loques, mais aux yeux d’un vrai musulman de telles contingences, la chance ou la malchance, ne sauraient établir une différence entre fils de Mahomet. Cela n’influe pas sur l’égalité absolue qu’ils manifestent dans leurs relations sociales.  Ce n’est que lorsqu’ils sont démoralisés qu’ils prennent conscience de ces différences; en ce qui concerne la haine envers les chrétiens et l’espoir de remporter finalement la victoire sur ces infidèles, leurs hommes politiques considèrent à juste titre ce sentiment et la pratique de l’égalité absolue (non du confort ou de la position sociale, mais de la personnalité) comme quelque chose qui les incite à maintenir vivante la première et ne pas renoncer au second. (Et pourtant, ils sont fichus sans un mouvement révolutionnaire !)

    «Pour la partie plane du Jardin d’essai, quelques brèves remarques: il est divisé par trois magnifiques allées qui le coupent dans le sens de la longueur, en face de l’entrée principale, il y a l’allée des platanes, puis l’allée des palmiers, qui aboutit à une oasis de 72 palmiers immenses, et est borné par la voie ferrée et la mer; enfin, vient l’allée des magnolias et d’une sorte de figuiers (ficus roxburghi).  Ces trois grandes allées sont à leur tour coupées par beaucoup d’autres qui les croisent, comme la longue allée des bambous qui est étonnante, l’allée des palmiers à chanvre, celle des arbres-dragons, des eucalyptus (arbre à gomme, bleu, de Tasmanie), etc.  Ces derniers poussent avec une rapidité extraordinaire.

    Naturellement, on ne saurait avoir ce genre d’allées dans les jardins d’acclimatation européens.

    Dans un grand rond-point entouré de platanes, on jouait cet après-midi là de la musique militaire; le chef d’orchestre, un sous-officier en uniforme français habituel, par contre les musiciens (de simples soldats) en culottes rouges bouffantes (de coupe orientale); des souliers de toile blanche qui se boutonnent jusqu’au bas du pantalon; sur la tête des fez rouges.

    Du jardin, je n’ai pas mentionné (bien que mon nez y ait pris par moments grand plaisir) les orangers, citronniers, ainsi que les amandiers, oliviers, etc..; beaucoup moins de cactus et d’aloès qui poussent également à l’état sauvage dans la campagne (comme les oliviers et les amandiers sauvages), que là où nous habitons.

    Pour ravissant qu’ait été pour moi ce jardin, il me faut noter que cette excursion et les autres du même genre ont eu cette chose abominable qu’est l’inévitable poussière de craie; bien que je me sois senti bien l’après-midi, et après être rentré et la nuit, l’irritation provoquée par la poussière m’a valu une gêne et de la toux. 


    Karl Marx, Lettre à sa fille Laura Lafargue
    Alger, le 14 avril 1882




    • Blogger Comments
    • Facebook Comments

    0 comments:

    Publier un commentaire

    Item Reviewed: Karl Marx au Jardin d'Essais d'El Hamma Rating: 5 Reviewed By: Algeria Gate
    Scroll to Top